Fiches individuelles


Plantagenêts Henri III de Winchester - 71 058
Roi d'Angleterre

Naissance : 1207 à Winchester
Décès : 1272 à Londres Westminster

Père : Plantagenêts Jean Sans Terre ( 1166 - 1216 )
Mère : Angoulême (d') Isabelle ( 1186 - 1246 )

Union : Provence (de ) Aliénor ( 1223 - 1291 )
Mariage : 28 janvier 1236
Enfants : Plantagenêts Edouard Ier Longshanks ( 1239 - 1307 )
Angleterre (d') Béatrice ( ? - 1275 )
Note individuelle : Henri III, roi d'Angleterre (1216-1272) et duc d'Aquitaine, fils aîné de Jean sans Terre. Protégé au début de sa minorité par le régent, Guillaume Le Maréchal comte de Pembroke (voir ce personnage), le jeune roi finit par être accepté par la plupart de ses sujets, et le prétendant français, Louis, est vaincu en 1217. Influençable, il ne peut imposer son autorité, et laisse les barons obliger son justicier, Hubert de Burgh, à démissionner (1232), puis il abandonne le gouvernement aux fonctionnaires royaux. Il vit dans une cour dominée d'abord par des Poitevins, puis par des Savoyards et, des Provençaux, après son mariage avec Éléonore de Provence (1236). Docile envers Rome, Henri III pratique une politique continentale coûteuse (expédition anglaise en Sicile contre Manfred, exigée par Alexandre IV) et humiliante. Il s'engage, en 1242, dans une guerre contre la France, qui lui fait perdre le Poitou, la Saintonge et l'Auvergne ; il ne doit de conserver la partie littorale de la Gascogne qu'à la modération de Louis IX (voir ce personnage), dont il redevient l'homme lige (traité de Paris, 1259). Les faiblesses et les échecs du règne font éclater, en 1258, l'opposition baronniale, dirigée par Simon de Montfort, qui impose au roi un plan de réforme et l'installation permanente d'un conseil de 15 membres (Provisions d'Oxford), mais le roi fait appel à l'arbitrage de Saint Louis, qui désavoue l'attitude des barons et déclare illégales les Provisions. L'opposition ne tarde pas d'ailleurs à éclater en groupes rivaux. Henri III cherche à exploiter la situation à son profit, mais il provoque une nouvelle révolte de Simon de Montfort en 1261, qui, vainqueur à Lewes (mai 1264), peut exercer une véritable dictature. Le roi reprend bientôt l'avantage et, en août 1265, Montfort est vaincu et tué à Evesham. Grand Larousse universel, Paris, 1983

Plantagenêts Henri III de Winchester
Plantagenêts Jean Sans Terre
Plantagenêts Henri II
Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor
Angoulême (d') Isabelle
Angoulême (d') Aymar Ier Taillefer
Courtenay (de ) Alix ou Adèle




Plantagenêts Jean Sans Terre - 142 116
XIIIe duc de Normandie (1199), roi d'Angleterre

Naissance : 31 décembre 1166 à Oxford
Décès : 26 octobre 1216 à Newark château de Newark

Père : Plantagenêts Henri II ( 1133 - 1189 )
Mère : Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor ( ~ 1122 - 1204 )

Union : Angoulême (d') Isabelle ( 1186 - 1246 )
Mariage : 31 août 1200 à Bordeaux 33000
Enfants : Plantagenêts Henri III de Winchester ( 1207 - 1272 )
Cornouailles (de ) Richard ( 1209 - 1272 )
Plantagenêts Éléonore ( 1215 - 1275 )
Note individuelle : Jean sans Terre, roi d'Angleterre (1199-1216), est le cinquième fils de Henri II et d'Aliénor d'Aquitaine. En 1177, son père lui donne l'Irlande en toute souveraineté, puis son frère Richard Ier lui accorde divers « honneurs » anglais. La mort de son frère Richard Ier, en 1199, alors que leur neveu Arthur de Bretagne, héritier légitime, n'a que 12 ans, lui ouvre la succession. Le règne de Jean sans Terre révèle un tempérament cyclothymique qui détermine son activité. En 1199, Jean répudie Isabelle de Gloucester pour épouser en 1200 Isabelle d'Angoulême. Celle-ci est fiancée à un Lusignan, qui fait appel à Philippe Auguste. Le roi de France prononce la déchéance de Jean pour ses fiefs français (août 1202), envahit la Normandie et envoie Arthur de Bretagne soulever les autres fiefs. Arthur ayant été capturé, Jean le tue de sa main en 1203, ce qui provoque le soulèvement et la perte de la Bretagne et de l'Anjou. Jean perd aussi la Normandie en 1204 et la Touraine en 1205. Cependant l'anarchie qui règne en Aquitaine lui permet d'en reprendre le contrôle, ainsi que celui de la presque totalité du Poitou (1206). Jean s'étant brouillé avec le pape en refusant la nomination pontificale d'un nouvel archevêque de Canterbury, Stephen Laneton, Innocent III riposte par l'interdit (1208), puis par l'excommunication du roi (1209), qui peut cependant maintenir l'Angleterre dans l'obéissance ; il affermit même son autorité par ses succès contre les Gallois et les Ecossais, ainsi qu'en Irlande, où il renforce l'emprise anglaise (1210-11). Contre son ennemi français, Jean organise un réseau d'alliances avec l'Empire, Toulouse, Boulogne et la Flandre. Mais alors il se heurte à la haine de ses sujets, des Anglais surtout, excédés par les taxes et les guerres et gênés par l'interdit. Pour contrer l'opposition intérieure, Jean se réconcilie avec le pape en 1213, inféodant ses royaumes au Saint-Siège et versant tribut. Mais sa défaite en Anjou (La Roche-aux-Moines, 1214) et celle de ses alliés impériaux et flamands à Bouvines (1214) font rebondir la crise intérieure. Malgré l'appui pontifical, Jean doit céder devant la résistance des barons, approuvée par l'opinion publique, et accepter la Grande Charte (juin 1215) peu après que les Londoniens lui ont arraché la concession d'une charte et sont passés à la révolte (17 mai). Condamnés par le pape, les barons offrent alors la couronne à Louis de France, qui débarque en Angleterre et met en fuite Jean sans Terre, dont la dynastie ne sera sauvée que par sa mort subite le 19 octobre 1216.
Grand Larousse universel, Paris, 1983

Plantagenêts Jean Sans Terre
Plantagenêts Henri II
Plantagenêts Geoffroi V
Angleterre (d') Mathilde ou Mahaut ou Maud
Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor
Aquitaine (d') Guillaume X
Châtellerault (de ) Aénor




Plantagenêts Jeanne
Naissance : 1165
Décès : 1199

Père : Plantagenêts Henri II ( 1133 - 1189 )
Mère : Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor ( ~ 1122 - 1204 )

Union 1 : Sicile (de ) Guillaume II ( (e) 1156 - 1189 )
Mariage : 20 février 1176 à Palerme
Union 2 : Toulouse (de ) Raymond VI le Vieux ( 1156 - 1222 )
Mariage : 1196
Enfant : Toulouse (de ) Raymond VII le Jeune ( 1197 - 1249 )
Plantagenêts Jeanne
Plantagenêts Henri II
Plantagenêts Geoffroi V
Angleterre (d') Mathilde ou Mahaut ou Maud
Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor
Aquitaine (d') Guillaume X
Châtellerault (de ) Aénor




Plantagenêts Richard IV Coeur-de-Lion
XIIe duc de Normandie (1189), roi d'Angleterre (1189)

Naissance : 15 septembre 1157 à Oxford Palais de Beaumont
Décès : 2 avril 1199 à Châlus 87230
Inhumation : 13 avril 1199 à Fontevraud-L'Abbaye 49590

Père : Plantagenêts Henri II ( 1133 - 1189 )
Mère : Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor ( ~ 1122 - 1204 )

Union : Navarre (de ) Bérengère ( ~ 1173 - ~ 1220 )
Mariage : 19 mai 1191 à Limassol
Note individuelle : Elevé par sa mère à Poitiers, Richard vit entouré d'une cour raffinée où se côtoient les plus fins lettrés, les troubadours les plus célèbres et les meilleurs musiciens. Il écrit les langues d'oc et d'oil (français et limousin), et parle si bien le Latin qu'il peut faire des plaisanteries latines aux dépens de l'Archevêque de Canterbury, moins instruit. Mais il s'initie aussi aux disciplines de la chevalerie, monter et combattre à cheval, et à l'art de la guerre en participant aux tournois.
En mars 1173, à Limoges, Henry II convoque ses barons en assemblée et, là, coup de théâtre, Henri le Jeune, frère aîné de Richard, se dresse contre l'autorité paternelle. Quelques jours plus tard, avec Richard et Geoffroy, il se retrouve à la cour de Louis VII, roi de France, à Paris. Les trois frères font prendre les armes à tous les barons du Poitou et de l'Aquitaine contre leur père. Mais Henri II est le plus fort. Le 8 juillet 1174, Aliénor qui tentait de rejoindre ses fils, est arrêtée par une patrouille d'Henri. Elle restera prisonnière de son époux jusqu'à la fin de son règne.
Le 30 septembre, les enfants rebelles se soumettent. Là, le caractère déroutant de la personnalité de Richard se révèle. Alors qu'il avait soulevé l'ensemble des grands feudataires poitevins et aquitains contre Henry II, il va devenir leur principal adversaire, pour, désormais allié de son père, les faire rentrer dans l'ordre "Plantagenêt". C'est dans cette guerre, qu'il développe d'étonnants talents de stratège et de meneur d'hommes. En 1177, il écrase la révolte des Barons, en écrasant les mercenaires brabançons à Barbezieux (Charente), et en emportant de haute lutte le Château de Limoges. A la même époque, il fait prisonniers 2500 routiers qui mettaient à sac le Limousin et les mène à Aixe-sur-Vienne, près de Limoges. Là, il fait couper la tête à un tiers d'entre eux. Le second tiers est noyé dans la Vienne et on perce les yeux du dernier tiers. Ces hommes sont ensuite dispersés sur les routes, pour proclamer la grandeur de la sévère justice de Richard. C'est à cette époque que Bertran de Born, le surnommera "oc et no" (oui et non) soulignant cette capacité à prendre d'un jour à l'autre des décisions contraires.
En juin 1183, une soudaine attaque de dysenterie, change sa situation. Son frère aîné Henri le Jeune, âgé de 27 ans, meurt. Richard devient héritier du trône d'Angleterre. En 1184, Richard croise le fer pour la première fois avec l'homme qui deviendra le plus sûr allié de Philippe Auguste, Jean, son cadet . Henry II avait espéré que Richard laisserait l'Aquitaine à Jean. Mais Richard a refusé car il avait passé son enfance et son adolescence en Aquitaine, soumettant la province à sa volonté et n'était pas prêt à l'abandonner. Richard garda son duché et Jean devint "Jean sans Terre". Le 6 juillet 1189, à Chinon, Henry II meurt. Le 20 juillet Richard est investi du duché de Normandie, et le 3 septembre, à Westminster, il est couronné Roi d'Angleterre. Aliénor triomphe.
Le 11 décembre, il s'embarque pour la croisade et rencontre Philippe Auguste quelques jours plus tard pour organiser le départ. Le 7 août 1190, il quitte Marseille et, le 24 septembre, atteint Messine, en Sicile, où Philippe l'a précédé. Richard et Philippe se rencontrent, l'atmosphère semble chaleureuse. Les vents défavorables ne permettent pas de lever l'ancre pour la Terre Sainte et le séjour sicilien se prolonge. Le 2 février 1191 une violente altercation oppose les deux rois. Jeanne, la sœur de Richard, jeune et très désirable veuve de Guillaume de Sicile, enflamme le cœur du roi de France. Richard ne le tolère pas. Les brouilles se développent et s'amplifient tout au long de ce séjour forcé. Enfin le 30 mars Philippe Auguste quitte Messine le jour même où Aliénor y arrive accompagnée de Bérengère de Navarre, fille du roi Sanche, future épouse de Richard. En avril, Richard s'embarque avec Bérengère. Ils abordent en Crète et le 9 mai ils sont à Chypre où, le 12 mai lors de leur mariage à Limassol, Bérengère est couronnée reine d'Angleterre. Homosexuel, Richard rendra sa femme malheureuse et n'aura pas d'enfant.
Richard se rend maître de l'île et, le 5 juin, appareille pour Saint-Jean d'Acre, laissant le pouvoir à deux chevaliers chargés d'administrer Chypre en son nom. Le 12 juillet, les musulmans qui défendaient Acre se rendent et les Croisés y font avec Richard une entrée triomphale. Mais les intrigues se nouent, les jalousies s'exacerbent et Philippe Auguste annonce son départ.
Lusignan et Montferrat s'opposent sur la dévolution du Royaume de Jérusalem. Le 20 Août alors qu'une entrevue est fixée entre les Croisés et les émissaires de Saladin pour un échange de prisonniers et la reddition de la vraie Croix, Richard exaspéré par le retard des musulmans fait exécuter les 2700 captifs.
En septembre, Richard bat Saladin à Arsouf. Il reprend contact avec l'ennemi et lors d'une très cordiale entrevue avec Malik el Adil, frère de Saladin, il lui propose d'épouser sa sœur, la belle Jeanne. Ainsi serait définitivement résolu le problème des Lieux Saints. Le prince musulman et l'ex-reine de Sicile règneraient sur la région côtière en résidant à Jérusalem. Les chrétiens continueraient à dire la messe au Saint Sépulcre alors que les musulmans prieraient dans leurs mosquées.
Ce projet n'aboutit pas. Richard installe Gui de Lusignan comme roi de Chypre, bat Saladin devant Jaffa après avoir renoncé à marcher sur Jérusalem. Le 2 septembre est conclu le traité de Jaffa entre les deux héros de la troisième croisade, Richard et Saladin. Désormais les Chrétiens peuvent librement se rendre en pèlerinage sur tous les Lieux Saints et un état Franc est créé s'étendant de Tyr à Jaffa.
L'heure est maintenant au retour car, malgré la vigilance d'Aliénor, les barons Aquitains et Poitevins encouragés par le Roi de France s'agitent et Jean sans Terre prend goût au pouvoir. Le 9 octobre 1192, Richard s'embarque à Chypre. Après une navigation chaotique qui l'amène à rebrousser chemin de Marseille à Corfou puis Raguse où il débarque avec une poignée de compagnons. Hélas, il est sur les terres de son ennemi le plus irréductible, Léopold, duc d'Autriche. Ce dernier est prévenu et Richard est arrêté sans aucun ménagement et jeté dans un cul de basse fosse comme un vulgaire bandit de grand chemin. Au bout de quelques mois de ce régime particulièrement sévère il est transféré de Durnstein à Trifels sur les terres de l'Empereur Henri VI. L'Europe entière est au courant, au grand scandale de la papauté qui voit d'un très mauvais oeil un croisé être emprisonné par des Chrétiens. Mais rien n'y fait, d'ailleurs l'ensemble des souverains voilent à peine leur satisfaction de voir enfin Richard neutralisé. Seule Aliénor se démène et négocie la rançon de son fils qu'elle apporte elle-même à l'Empereur à Cologne. Le 2 février 1194, Richard est enfin libéré.
Le 13 mars, Richard est en Angleterre où il remet de l'ordre dans son royaume, puis passe en Normandie et en Aquitaine où il arrête net les visées de Philippe Auguste sur ses possessions continentales. Le 13 Janvier 1199 une trêve de 5 ans est conclue entre les deux rois, Richard est enfin libre de régler certains comptes restés en suspens. Celui qui est particulièrement visé s'appelle Adhémar. Il est vicomte de Limoges et fut l'un des moins zélés de ses vassaux à participer à la collecte de sa rançon et aussi l'un des moins fidèles puisque aujourd'hui encore les archives de France conservent le traité secret de l'alliance du vicomte avec le roi de France contre son suzerain de droit : Richard. L'heure avait sonné de mettre son vassal au pas. La légende dit qu'on avait trouvé à Châlus un fabuleux trésor de 12 statues d'or et que Richard vint sur place pour revendiquer cette fabuleuse découverte. La vérité est beaucoup plus simple: Adhémar doit être châtié et le château de Châlus est le verrou qui donne accès à Limoges. D'autre part, à moins de 15 kilomètres de Chalard, se trouvent les plus importantes mines d'or de France, encore exploitées aujourd'hui. Le vicomte de Limoges devait sans doute soigneusement oublier de remettre à son suzerain son dû. Richard, accompagné du sinistre Mercadier son routier et chef de guerre favori, arrive avec une centaine d'hommes pour prendre Châlus le 25 mars 1199. Dés le lendemain, il repère les lieux. L'ensemble de la garnison, une poignée d'hommes d'armes et leur famille, trente à trente cinq personnes, se réfugient dans le grand donjon cylindrique. Ils craignent pour leur vie d'autant plus que Richard et Mercadier ont proclamé haut et fort qu'il n'y aurait pas de quartier pour ces félons. Ils savent qu'ils ne seront pas secourus, ils savent aussi qu'on ne se rebelle pas contre son suzerain. Ils sont dans le plus total désespoir. Un des chevaliers barricadés dans ce formidable donjon a une arbalète. Son nom est Pierre Basile. Il voit à ses pieds un petit groupe de cavaliers.
Exaspéré, et pour les faire fuir, sans même viser, il lache son trait d'arbalète, le carreau vole et vient se figer à la base du cou d'un des cavaliers qui se dresse fièrement sur ses étriers pour complimenter le tireur sur son adresse. Richard était atteint, il descend de cheval, s'assoit sur un rocher pour qu'on examine la blessure et, persuadé de sa bénignité, revient à son camp. Mais on ne peut extraire le fer, l'infection gagne, Richard comprend que sa fin est proche. Il pardonne aux défenseurs de Châlus et à Pierre Basile en particulier à qui il lègue une somme d'argent. Sa mère bien aimée, Aliénor, accourt de Fontevrault pour recueillir les dernières volontés de son fils "Que mon corps soit enterré à Fontevrault, mon cœur dans ma cathédrale de Rouen, quant à mes entrailles qu'elles restent à Châlus". Ainsi mourut à Châlus en Limousin le plus emblématique roi du Moyen- Age. (origine du texte inconnue)





Plantagenêts Richard IV Coeur-de-Lion
Plantagenêts Henri II
Plantagenêts Geoffroi V
Angleterre (d') Mathilde ou Mahaut ou Maud
Aquitaine (d') Eléonore dite Aliénor
Aquitaine (d') Guillaume X
Châtellerault (de ) Aénor




Plantevelue Bernard II - 67 568 228
comte d'Auvergne et marquis de Gothie (descendant de Charles Martel)

Autre enfant : Auvergne (d') Guillaume le Pieux ( ? - 918 )




Plazanet Jeanne
Union : Mérilhou Jean ( ? - ? )
Enfant : Mérilhou François ( ? - ? )




Plessis de Richelieu (du ) Armand Jean
Cardinal duc de Richelieu et de Fronsac

Naissance : 9 septembre 1585
Baptême : 5 mai 1586
Témoins : Rochechouart (de ) Françoise ( ~ 1515 - ? )
/ Gontaut-Biron (de ) Armand ( 1524 - 1592 )
Testament : 23 mai 1642 à Narbonne 11100
Décès : 4 décembre 1642 à Paris 75000

Père : Plessis de Richelieu (du ) François ( (e) 1548 - 1590 )
Mère : La Porte (de ) Suzanne ( ~ 1560 - ? )

Note individuelle : Sur son testament, Richelieu s'intitulait lui-même :
Eminentissime Armand-Jean du Plessis, cardinal de la Sainte Eglise romaine, duc de Richelieu et de Fronsac, pair de France, commandeur de l'ordre du Saint-Esprit, grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et du commerce du royaume, gouverneur et lieutenant pour le roi en Bretagne.

Plessis de Richelieu (du ) Armand Jean
Plessis de Richelieu (du ) François
Plessis de Richelieu (du ) Louis Ier
Rochechouart (de ) Françoise
La Porte (de ) Suzanne
La Porte (de ) N
 




Plessis de Richelieu (du ) François
Grand prévôt de France

Naissance : estimée 1548
Décès : 10 juillet 1590

Père : Plessis de Richelieu (du ) Louis Ier ( ~ 1515 - ? )
Mère : Rochechouart (de ) Françoise ( ~ 1515 - ? )

Union : La Porte (de ) Suzanne ( ~ 1560 - ? )
Enfants : Plessis de Richelieu (du ) Isabelle Françoise ( ~ 1578 - ? )
Plessis de Richelieu (du ) Armand Jean ( 1585 - 1642 )
Note individuelle : François du Plessis était seigneur de Richelieu, chevalier des ordres du roi, conseiller en son conseil d'Etat, prévôt de son hôtel et grand prévôt de France

Plessis de Richelieu (du ) François
Plessis de Richelieu (du ) Louis Ier
 
 
Rochechouart (de ) Françoise
Rochechouart (de ) Antoine
 




Plessis de Richelieu (du ) Isabelle Françoise
Soeur du cardinal

Naissance : vers 1578

Père : Plessis de Richelieu (du ) François ( (e) 1548 - 1590 )
Mère : La Porte (de ) Suzanne ( ~ 1560 - ? )

Union : Pidoux Louis ( ~ 1592 - ? )
Mariage : 1615
Plessis de Richelieu (du ) Isabelle Françoise
Plessis de Richelieu (du ) François
Plessis de Richelieu (du ) Louis Ier
Rochechouart (de ) Françoise
La Porte (de ) Suzanne
La Porte (de ) N
 




Plessis de Richelieu (du ) Louis Ier
Lieutenant de la compagnie d'ordonnance d'Antoine de Rochechouart

Naissance : vers 1515

Union : Rochechouart (de ) Françoise ( ~ 1515 - ? )
Mariage : 1542
Enfant : Plessis de Richelieu (du ) François ( (e) 1548 - 1590 )
Note individuelle : Gentilhomme de la chambre et échanson du roi





Plessis-Macé (du ) Grécia - 4 752 903
dame de Langeais

Naissance : vers 979
Décès : 1050

Père : Plessis-Macé (du ) Macé ( ~ 950 - ? )

Union : Montreuil (de ) Bellay ( ~ 980 - ~ 1045 )
Enfant : Montreuil (de ) Eustachie ( ~ 1005 - > 1038 )
Plessis-Macé (du ) Grécia
Plessis-Macé (du ) Macé
 
 
 
 
 




Plessis-Macé (du ) Macé - 9 505 806
Seigneur du Plessis

Naissance : vers 950

Autre enfant : Plessis-Macé (du ) Grécia ( ~ 979 - 1050 )




Poher (de ) Budic - 270 272 992
Roi de Bretagne

Naissance : vers 740
Décès : vers 780

Père : Poher (de ) Daniel ( ~ 710 - 749 )

Poher (de ) Budic
Poher (de ) Daniel
Poher (de ) Riwallon
 
 
 
 




Poher (de ) Daniel - 540 545 984
Comte de Poher

Naissance : vers 710
Décès : 749

Père : Poher (de ) Riwallon ( ~ 680 - ~ 720 )

Autre enfant : Poher (de ) Budic ( ~ 740 - ~ 780 )
Poher (de ) Daniel
Poher (de ) Riwallon
Poher (de ) Waroch
 
 
 
 




Poher (de ) Erispoë - 135 136 496
Comte de Poher

Naissance : vers 775
Décès : 812

Père : Poher (de ) Budic ( ~ 740 - ~ 780 )

Poher (de ) Erispoë
Poher (de ) Budic
Poher (de ) Daniel
 
 
 
 




Poher (de ) Hervé - 16 892 062
Cte du Maine

Naissance : vers 870
Décès : 955

Père : Poher (de ) Salomon ( ~ 825 - 874 )

Union : Maine (du ) Godehilde ( ~ 892 - 923 )
Enfant : Maine (du ) Gerberge ( 915 - 953 )
Poher (de ) Hervé
Poher (de ) Salomon
Poher (de ) Rivallon
 
 
 
 




Poher (de ) Marmoëc - 67 659 167
Naissance : vers 825

Père : Poher (de ) Rivallon ( ~ 805 - 857 )

Union : Vannes (de ) Erispoë ( ~ 825 - 857 )
Enfant : Vannes (de ) N ( ? - ? )
Poher (de ) Marmoëc
Poher (de ) Rivallon
Poher (de ) Erispoë
 
 
 
 




Poher (de ) Mathuédoi - 33 783 952
Comte de Poher

Naissance : vers 875
Décès : 907

Mère : Poher (de ) Prostlon ( ? - ~ 882 )

Union : Vannes (de ) N ( ? - ? )
Enfant : Nantes (de ) Alain II ( ~ 900 - 952 )
Poher (de ) Mathuédoi
 
 
 
Poher (de ) Prostlon
Poher (de ) Salomon
 




Poher (de ) Prostlon - 67 567 905
Décès : vers 882

Père : Poher (de ) Salomon ( ~ 825 - 874 )

Union : Vannes (de ) Pasweten ( ? - 878 )
Enfant : Vannes (de ) Alain le Grand ( ? - 907 )
Autre enfant : Poher (de ) Mathuédoi ( ~ 875 - 907 )
Poher (de ) Prostlon
Poher (de ) Salomon
Poher (de ) Rivallon
 
 
 
 




Poher (de ) Rivallon - 4 324 367 872
Régent de Bretagne

Naissance : 607
Voir de Carné:
Filiation à confirmer. Est-ce lui qui assura la régence de Bretagne de 638 env à 648 env pendant la minorité de Alain II ?
Décès : 667



                     


Ces pages ont été créées par Heredis 9 pour Windows , © BSD Concept